La naturopathie humaniste, une possibilité pour retrouver une sérénité joyeuse

« On peut dire – j’écoute la sagesse de mon corps – à condition que celui-ci soit sain et équilibré. » P. Ferroni, Meditazione Pratica

Un des premiers résultats que l’on obtient avec la naturopathie humaniste est de renforcer ses défenses immunitaires. En effet, le corps se défait peu à peu du joug exercé par le mental et retrouve ses capacités naturelles à s’auto-guérir. Comme tout le monde le sait plus ou moins, le corps a des besoins fondamentaux, des besoins physiologiques tels que manger et boire, respirer, avoir des activités physiques, équilibrer les temps d’activité et de repos (sommeil). Mais si le mental a le contrôle, il va me faire croire que fumer c’est bon et que ça détend, ou que regarder la TV après une dure journée de travail durant laquelle on a contraint notre corps à l’immobilité face à un écran d’ordinateur ou que quelques verres d’alcool vont me détendre et me faire oublier mon stress du quotidien. Le corps est, en effet, l’esclave de notre mental. Et comme tout esclave, il va finir par se rebeller par des signaux tels que des maux de tête, de la déprime, des courbatures, une perte de vitalité, de la fatigue, du stress et des maladies diverses… Le corps n’a, en effet, plus confiance ! (Je renvoie à ce propos la lecture du livre, le corps bafoué d’Alexander Lowen).

La première étape consistera donc à respecter les besoins du corps, en l’écoutant et en satisfaisant ses besoins : je mange quand j’ai faim et m’arrête une fois rassasié, je bois quand j’ai soif, je me repose quand je sens que j’ai sommeil ou que je me sens fatigué et je fais de l’activité physique pour décharger les tensions, éliminer les toxines et respirer le grand air frais… Les meilleurs maîtres à observer et à imiter sont les enfants qui sont encore en contact sain avec leurs besoins corporels. Quand à nouveau, on satisfait les besoins du corps, on retrouve naturellement notre vitalité qui n’est rien d’autre que l’énergie retrouvée, la force vitale, qui s’accompagne de la joie. Mais pour retrouver la sérénité, on a besoin de ce que les Chinois nomme le « xin xu » c’est-à-dire le vide du coeur, on a besoin d’aller nettoyer et transformer les émotions négatives. Car comme le lac, qui s’il a ses eaux troubles ne peut refléter la montagne, notre esprit ne pourra pas voir clairement la réalité si le coeur est troublé par des émotions négatives ou le mental par des pensées négatives.

Les 3 premières séries du Bioenergetic-shen Treatment consistent à accompagner la personne dans ce parcours de retour à son état naturel :

– La première série, par des pressions fortes, va permettre à la personne en parcours de prendre conscience de sa musculature profonde et sentir progressivement un ancrage dans son corps, dans sa réalité. Cette première série permet un rééquilibrage général, elle permet de résoudre divers problèmes physiques tels que la posture, elle améliore le sommeil…

– La deuxième série, par la technique Dicke, va agir sur le psychisme, c’est-à-dire qu’elle va faire émerger notre monde émotionnel refoulé, le pire en nous comme la colère, l’agressivité, la frustration, la jalousie, la haine… C’est comme une purification, on se sent allégé, libéré, on sent davantage d’espace à l’intérieur de nous.

– La troisième série va agir sur les cellules sensorielles en nous permettant de retrouver notre sensorialité.

On ne fait que retrouver ce que l’on a perdu car on l’a tous déjà eu dans notre tendre enfance, on retrouve cet état qui est représenté par l’énergétique chinoise par le trigramme TUI, le lac, la sérénité joyeuse.

TUI

Avez-vous déjà observer le calme des eaux d’un lac ? La sérénité qui s’en dégage ? Avez-vous déjà pris le temps d’observer les petits frissons sur la surface de l’eau dus à une petite brise ? Et la joie intime que cela nous procure ? Avez-vous déjà ressenti cet état de calme intérieur où on est ni pour ni contre, cet état de neutralité naturel car désormais on a vidé l’encombrant, l’inutile (conditionnement de notre éducation familiale, scolaire, sociale, culturelle) ? Avez-vous déjà ressenti cette joie de vivre qui correspond au désir de vivre, à la joie de se lever le matin, à la joie de se sentir vivant ? Elle est là notre origine naturelle ! Mais l’état conditionné, la souffrance, la confusion nous ont éloignés de cet état, de ce paradis perdu qui n’est que le monde de l’enfance enfoui sous les obligations, les préoccupations, la course à l’avoir toujours plus…On s’est momentanément égaré dans les vicissitudes de la vie et on a perdu qui on était.

Lao Tseu est appelé le vieil enfant c’est-à-dire l’enfant sage car il a réalisé le retour, il a retrouvé l’enfant (c’est-à-dire son insouciance, sa capacité infinie à s’émerveiller du monde et à s’émouvoir et son innocence) mais tout en ayant son lot d’expériences et de connaissances et sa responsabilité d’adulte.

Pour conclure, je vous offre cette histoire chinoise qui représente bien notre état actuel d’errance :

« un chien dit à un autre chien «  si tu arrives à attraper ta queue, tu seras le chien le plus heureux du monde « le petit chien essayait tous les jours d’attraper sa queue et après l’avoir pourchasser des jours et des jours, il était complètement épuisé. Il va voir sa mère et lui expliqua tout, sa mère lui demanda : « Mais pourquoi tu veux attraper ta queue, elle fait partie de toi, tu verras, si tu avances, ta queue te suivra. »

Nous sommes à la recherche d’un bonheur/joie à l’extérieur de nous et on ne comprend pas que la joie, la sérénité, le bonheur sont à l’intérieur de nous, cela fait partie de nous.

Lac